Dreadlocks : l’histoire de cette coupe de légende

Dreadlocks : l’histoire de cette coupe de légende
4 (80%) 1 vote

Pour le grand public, les dreadlocks sont associées aux légendes du reggae et à quelques céléébrités. Il s’agit effectivement de nobles représentant de ceux qui arborent cette coiffure. On associe facilement les locks à la culture rasta, de Kingston à Paris, en passant par de nombreux pays africains, mais l’histoire des dreadlocks est plus profonde.

De l’Égypte antique à nos jours, de l’Afrique à l’occident

Quand vous vous rendez dans des salons spécifiques comme Coiffureslocks.com à Paris, vous ne vous doutez peut-être pas que les tresses que vous vous apprêtez à porter sont chargées d’histoire. Beaucoup de gens associent cette coiffure uniquement à la culture jamaïcaine et rasta. C’est normal puisque Bob Marley, Lucky Dube, Jimmy Cliff et d’autres stars du reggae ont contribué à la célébrité de la coiffure. D’ailleurs, le nom « dreadlocks » est l’appellation jamaïcaine de la coupe. Mais leur histoire est plus complexe que ça.

Divers documents issus d’études historiques à propos du mouvement rastafari révèlent que les dreadlocks trouvent leur origine dans l’Antiquité, notamment en Égypte. Les familles royales et les hauts fonctionnaires portaient une coiffure à tresses similaires aux dreadlocks. Différents peuples africains portent également cette coupe très spécifique. On peut citer les Masaïs, les Bantous ou encore les Peuls. Les locks sont alors devenues un symbole de leur appartenance ethnique.

D’autre part, Ajai Mansingh et Laxmi Mansingh ont étudié la présence de la culture indienne en Jamaïque depuis plus de 150 ans. Il s’avère alors qu’une potentielle influence indienne est envisageable parce que les Sadhu (hommes sages dans la culture hindoue) portent cette coupe. Cette influence aurait commencé vers 1930, à la suite de l’immigration massive de travailleurs Indiens en Jamaïque.

Par ailleurs, un lien étroit entre le mouvement rastafari et les Mau Mau, des combattants kenyans anticolonialistes, serait également à l’origine des locks. Les faits historiques liés aux Mau Mau remontent aux années 50 et concernaient une lutte contre les colons britanniques. En Jamaïque, les rastafari ont manifesté par solidarité et le gang des Mau Mau a ainsi vu le jour. Les membres portaient alors les fameuses dreadlocks.

Quelle est sa place dans la société actuelle ?

Bien que l’histoire profonde des dreadlocks ne soient vraiment connue que des puristes, il faut reconnaître que cette coupe est devenue « tendance » dans la société actuelle. Il est désormais facile de croiser des gens qui la portent à Paris, à New-York et dans de nombreuses autres grandes ou petites villes du monde. Et de plus en plus de personnes caucasiennes l’arborent alors que cette coiffure était au départ essentiellement portée par des Indiens et des Africains.

dreadlocks

Plusieurs célébrités de la chanson ou du cinéma ont aussi adopté les locks. On peut citer Christina Aguilera, une chanteuse incontournable issue de la fameuse The Mickey Mouse Club. Dernièrement, Justin Bieber, le jeune chanteur Canadien de renom international, a publié sur Instagram une photo en dreadloks qui a enflammé internet.

Évidemment, au-delà de la mode et des tendances, les dreadlocks sont toujours parmi les principaux emblèmes du mouvement rastafari. D’ailleurs, découvrez le Festival Village Rasta si vous voulez en savoir plus sur ces tresses spécifiques et sur l’esprit rasta en général.

Que vous soyez à Paris ou dans toute autre zone géographique du monde, prenez le temps de connaître l’histoire des locks parce que c’est très intéressant. Sachez aussi que cette coiffure mythique et chargée d’histoire sied à tout le monde. Vous ne devez donc appartenir à aucune classe sociale ni aucune communauté culturelle pour l’adopter. Vous pouvez le faire juste pour suivre la mode. D’ailleurs, restez en phase avec cette mode grâce à des blogs comme Soso and Co.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *